#1 12/11/2013 14:52:24

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Les 5 artefacts du Z

Bonjour, ceci est une sorte de suite/extension de mon premier rp, suite à plusieurs demandes.
Avant de lire ceci, allez lire le premier rp dans ce même topic, il n'est pas très long et vous donnera le contexte.
Bonne lecture !





                                                                                                      Les 5 artefacts du Z


Je vous ai déjà conté l'histoire de tyrano, le combattant du dragon ; l'histoire dans laquelle je vais me lancer se déroule à la même époque dans une contrée cubique plus éloignée, au même moment !
Tyrano vivait dans les landes de Brumaire, aux alentours de sa capitale, Montécraft. Au nord, à plusieurs milliers de cubes se trouvait une autre contrée qui partageait une frontière commune avec les landes de Brumaire, la terre du grand Dezert. Ce lieu immense était réputé pour être...vide, on pouvait y trouver quelques rares sources d'eau, des moutons égarés et énormément de cactus, une ressources qui attirait quelques voyageurs, habituellement teinturiers. Au milieu des grandes étendues de sables, on pouvait également trouver des villages, qui généralement ne comportaient pas plus d'une dizaine de locaux, qui de générations en générations, avaient réussi à lutter contre le climat aride et les tempêtes de sables incessantes. Comme cela arrive souvent, les lieux éloignés, inexplorés par la plupart des gens, engendraient une multitude de mystères et autres ragots que les vieilles des autres villages vous raconterons comme étant des légendes et autres mythes.
On raconte qu'avant vivait un grand peuple dans le Dezert, ou encore qu'une créature massive vivait sous une énorme couche de sable. Mais le mythe qui attirait les rares aventuriers qui ne craignaient pas de se perdre dans cette étendue de sable sans fin, était le mythe des " cinq artefacts du Z", c'est cette légende qui valait au Dezert son nom. On raconte que cinq mystérieux objets, prétendus magiques, était dispersés, enfouis sous les dunes les plus hautes que l'on ai jamais vu, au fond d'une caverne, ou encore dans un vieux temple ! Selon les différents récits, on pouvait entendre que parmi ces objets se trouvait une relique d'une créature d'ancien temps, créée par les dieux pour protéger ce monde, un minerais inconnu qui donnerais une puissance magique, capable de repousser n'importe quelle créature lorsqu'il était utilisé pour fabriquer une arme. Mais l'artefact qui attirait le plus les esprits était l'Epée de Z ! Un fer aux reflets rouges, émanant d'une lueur orangée qui aurait été crée par le Z. Les 2 autres objets restaient un mystère.
Les histoires concernant le Z sont bien moins précises, il serait une entité plutôt qu'un homme, à l'origine de la création de tout. Si beaucoup sur ce monde ne croyaient pas en un dieu quelconque, beaucoup croyaient au Z !

A cette époque, tyrano avait vaincu l'ender dragon qui avait réduit en cendre le village de son enfance, il s'était exilé de lui même pour prendre le repos qu'il avait toujours cherché, un endroit à lui seul, au loin de la foule et des potentiels dragons. Il avait vécu en nomade pendant des semaines, vivant de ses talents de chasseur sur la route, pour enfin s'installer dans ce qui deviendrait son monde à lui, le Dezert, vous l'aurez deviné !
Comme tout enfant des landes de Brumaire, sa propre grand-mère lui avait conté les légendes de ce lieux, mais tyrano n'était pas un enfant qui se plaisait a rêver de quelconques histoires farfelues, et n'y avait jamais porté plus d'attention. Il n'était pas venu pour ça. Mais sans qu'il ne le sache, tyrano se faisait emporter vers sa destinée.

Il s'était installé après une longue route, après quelques jours, il avait déjà construit un abri convenable, qui deviendrait plus tard sa maison ! Le Dezert n'était pas l'endroit idéal pour trouver du bois, son logis était constitué de sable, compacté et solide et de pierre brute qu'il avait récolté. Ce n'était pas le luxe, il n'avait jamais aimé le luxe, et il va de soi que généralement, le luxe n'est pas fait de sable. Tyrano n'était pas un homme qui s'épanouissait en surface, il avait toujours vécu dans des maisons troglodytes, et si vu de dehors son abri semblait de petite taille, le sous-sol était d'ores et déjà plus étendu. C'est là, sous plusieurs cubes de roche qu'il dormait et fabriquait ses outils. Le Dezert n'étais pas le lieu le plus sur lorsque que la nuit tombait, c'était probablement le plus dangereux, si vous ne vous faisiez pas étouffer par les tempêtes de sables, vous vous retrouviez nez à nez avec un groupe de quelconques créatures prêtes a vous exploser au visage. Dormir sous terre était plus sage.
Après plusieurs jours à vivre sous terre et à creuser, vous perdiez rapidement la notion du temps, peu importait l'heure du jour ou de la nuit, la seule lumière qui éclairait tyrano, était la lumière des torches qu'il semait sur son chemin. Il dormait quand il avait besoin de repos, peu importe le jour ou la nuit ! A la moindre cavité souterraine ou autre caverne, un ennemi était là, il était donc inutile d'attendre le lever du soleil.

Cela faisait maintenant 28 jours que tyrano s'était installé dans le Dezert, 28 jours qu'il creusait, aménageait son sous sol. On y trouvait une petite chambre, une pièce où il avait installé son atelier, et une troisième salle, plus grande que toutes les autres, remplie de coffres contenant déjà énormément de ressources. A ce moment là, il creusait verticalement, essayant d'atteindre une caverne assez grande pour y cultiver des ressources, et peut-être même y trouver du diamant. Il se trouvait à plus d'une centaine de cubes de profondeurs, à ses pieds se trouvait un minerai rouge, émanant d'une faible lueur rouge, il avait déjà croisé cette pierre, la redstone n'était pas inconnue des gens, mais il n'en avait jamais trouvé aucune utilité, trop mou pour en faire des outils, et trop peu luisant pour en faire des torches, et il n'avait jamais vraiment réussi à s'en servir d'énergie. Mais malgré tout il planta sa pioche dedans de toute sa force, la pierre se fendit en plusieurs morceaux, et dès lors, tyrano vit la lueur rouge partir au loin et devenir de plus en plus faible, jusqu'à disparaître dans la pénombre. Sous ses pieds, là où se trouvait le minerai, s'étendait la plus grande caverne qu'il n'ait jamais vu !

_________________________________________________________________________________


…Son pied dérapa vers le vide, d'une petite pression de l'autre il s'écarta vivement en arrière pour échapper à la chute, sous le choc d'avoir échappé à une chute dangereuse il resta là, assis à attendre le moment où la redstone toucherait le sol dans un bruit fracassant, mais rien… le silence complet. Le bout de sa pioche encore teint de la poudre rouge, il s'approcha délicatement du trou pour être sur de ce qu'il avait vu. Il n'y vit qu'une obscurité menaçante avec au milieu une lueur orangée semblant flotter au milieu de la pénombre, il était impossible de deviner la taille ou la profondeur de ce qui se tenait sous ses pieds.
Après de longues minutes à se remettre de son étonnement, il remonta dans son refuge avec la ferme idée de s'équiper pour partir à la découverte de cette cavité minérale. Une fois ses armes et ses torches équipées il retourna sous terre, il pris soin de faire un quadrillage de la zone pour déterminer jusqu'où il pouvait creuser sans risquer la chute, fort heureusement il semblait possible de creuser un escalier sur une paroi de la caverne. Après avoir descendu quelques marches il sentit l'air humide et chaud lui recouvrir le visage, ses torches ne lui permettait pas de distinguer la profondeur du lieu, en revanche il voyait maintenant plusieurs lueurs orangées autour de lui qui grossissaient à vue d'œil au fur et a mesure de sa descente et un son bouillonnant se faisait entendre, des lacs de lave ! Tyrano sentait d'ores et déjà l'adrénaline couler dans ses veines à l'idée de récolter sa première obsidienne et d'être certainement le premier à explorer cet endroit aux dimensions encore inconnues.
Le lac de lave était maintenant à ses pieds, la chaleur lui brulait le visage, il s'avança légèrement et frappa du pied dans un morceau de roche qui glissa dans la lave, et sombra sans un bruit. Tout ici semblait si hostile qu'il n'y avait pas une seule source de vie, même ennemie qui avait réussit à s'y installer.
Mais en levant les yeux, Tyrano se rendit compte que la lave était une source de lumière incroyable et que d'ici, il pouvait de donner une idée de l'endroit où il se trouvait. Il ne s'agissait pas d'une caverne mais bien d'une des légendaires failles naturelles dont on lui avait tant parlé, il n'avait rien vu d'aussi beau et terrifiant a la fois, des galeries naturelles apparaissaient de part et d'autres de la faille immense au dessus de lui, ce sentiment de démesure et d'immensité que lui offrait la nature était pour Tyrano la meilleure des récompenses à ses années d'exploration.
Il continua à marcher le long des parois pour voir jusqu'où allait s'étendre ce lieu et rapidement il vit au loin deux chutes de lave qui semblaient glisser le long d'un mur, en se rapprochant il distingua une sorte de cavité régulière entre les deux colonnes lumineuses, comme une grande porte taillée dans la roche. En se rapprochant il vit que c'était le cas, la pierre avait ici était taillée mais l'humidité avait lissé les parois grises lui donnant un teint brillant, la lumière de la lave se reflétait sur les murs et illuminait le couloir d'une douce lueur orangée. Il avança sous le choc de la beauté du site qui avait dû être creusé des millénaires auparavant.
Sa pioche pendant à son bras émis un tintement métallique qui résonna autour de lui, il prit sa torche et regarda à ses pieds et vit du métal forgé, rouillé par le temps. A ses pieds se trouvait de vieux rails parcourant le tunnel ça et là, la curiosité l'envahit, quel était ce lieu et qu'allait t-il y trouver ?
Tyrano se mit a courir légèrement le long du tunnel, il voulait savoir jusqu'où s'étendait le lieu et ce qui était au bout, sa torche éclairant à peine autour de lui jusqu'à ce qu'un rebord sur le sol arrêta sa course et le fit chuter dans un son qui ressemblait à « BWEERGH » lors qu'il s'écroula face contre terre. Un peu honteux de sa chute il se releva laborieusement en frottant ses habits recouverts de poussière, ramassa sa torche et la leva devant ses yeux et toucha une corde qui se tenait devant lui, la corde s'enflamma et répandit la lumière petit à petit pour révéler une pièce circulaire tapissée de motifs mystérieux, et au milieu un petit autel surplombant des escaliers. Tyrano rit presque de la situation tellement elle semblait stéréotypée des aventures qu'on lui racontait autrefois.
Il gravit les quelques marches en direction de l'autel, dessus se trouvait un creux dans lequel était posé un objet un peu rond, et un peu aplati, comme un gros œufs à peine plus gros que la taille d'un poing, tyrano le pris dans le creux de ses mains pour le regarder, et aussitôt il sentit ses mains se refroidir agréablement alors qu'il contemplait l'objet qui scintillait à la lumière de sa torche…

_________________________________________________________________________________


Il resta un instant à regarder l'oeuf, fasciné par son aura et le froid qu'il dégageait dans le creux de ses mains. L'objet mystérieux l'emplissait d'excitation et d'émerveillement et à la fois d'un sentiment de fierté d'avoir découvert cette chose dont il ignorait tout. Pour lui, tout semblait prendre son sens et à la fois n'en avoir aucun ; le Dezert regorgeait bien de surprises et de découvertes fantastiques comme on lui avait raconté, mais il ignorait pourtant tout de ce qu'il venait de découvrir. Cependant il était convaincu que ceci prendrait, tôt ou tard, un sens quelconque.
Après s'être remis de sa découverte peu commune, Tyrano pris la décision de revenir sur ses pas dans la hâte afin de mettre ce qui lui semblait être un oeuf ou du moins un sorte de pierre de cette forme, en lieu sur. Il repris le couloir, longeant les rails délabrés sans y porter la moindre attention, comme submergé par l'euphorie de sa découverte, il avançait d'un pas déterminé vers la sortie. En repassant entre les chutes de laves il redécouvrit la faille où il s'était engouffré, la source de lumière derrière lui offrait une nouvelle vue du lieu, plus claire. La faille souterraine s'étendait devant lui, et au loin le manque de lumière ne lui permettait pas de se faire une idée de l'étendue de l'endroit, l'obscurité s'étendait à perte de vue en face de lui.
Il fallut a tyrano quelques secondes d'observation avant de retrouver la trace de l'escalier qu'il avait creusé dans la roche afin de descendre. Après rapide coup d'oeil inquiet derrière lui, il se remit en route vers la surface. Sans trop savoir pourquoi, il avait le sentiment d'être en danger, de fuir comme un voleur, s'attendant au pire. Il gravit l'escalier d'un pas vif, l'oeuf blottit dans le creux de ses mains puis arriva à l'endroit où il avait brisé le sol débouchant sur la cave.
Il y jeta un rapide coup d'oeil,silencieux , comme étonné d'être remonté sain et sauf, il pouvait entendre au loin le faible gargouillis de la lave bouillonnante. Par précaution il reboucha le trou de pierre brute récoltée autour de lui. Puis l'oeuf encore en main, gravit les dernières marches menant à chez lui.
En passant la porte menant du sous sol à la pièce principale de sa maison, il fût ébloui par la lumière du jour, il n'avait pas vu le soleil depuis des jours entiers à creuser et avait perdu toute notion du temps, il avança à tâtons le temps pour ses yeux de se faire à la lumière et s'approcha de sa cheminée. Le soir était en train de tomber et rapidement la température chutait, le climat du Dezert obligeait à se chauffer au feu la nuit, où la température pouvait descendre jusqu'à -3.
Il posa l'oeuf à côté et alluma le feu, s'assit devant et l'observa longuement, pensif. Ses yeux observaient les flammes fuir dans l'âtre et ses muscles se détendirent, puis finalement tyrano s'endormit.

A l'aube tyrano se leva en sueur, la chaleur du climat aride et les braises encore chaudes l'avaient réveillé, il était allongé devant les restes du feu et à ses pieds l'oeuf entraîné par ses jambes avait roulé devant la cheminée. Il tendit la main pour le ramasser et au moment où il le saisit, il remarqua qu'il était incroyablement froid, en ayant pourtant été poussé a quelques centimètres du feu. Sentant le froid ronger ses doigts, il s'empressa de la déposer dans son coffre enrobé dans un morceau de tissu. Sans comprendre il réfléchit un instant puis ferma le coffre et le verrouilla. Quelque-chose n'était pas net, et même de plus en plus mystique pour tyrano qui avait toujours été très cartésien. Cette découverte qui l'excitait lui faisait peur à la fois.
Perturbé il pris la décision de s'asseoir et empoigna un livre.

Après quelques minutes à lire dans le silence, il entendit un léger vibrement derrière lui,comme une série de léger coups contre du bois. Tyrano se leva apeuré, et regarda son coffre.

_________________________________________________________________________________


Il resta là, debout face au coffre, le léger bourdonnement se fondait au bruit du vent qui raclait le sable. Il se rapprocha un peu inquiet comme pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, le vibrement continuait, comme un bruit étouffé contre le bois.
Décidé, il déverrouilla le couvercle et le souleva entièrement ; au milieu du coffre l'œuf encore enrobé de tissu tressautait contre le bois, se délivrant petit à petit de l'étoffe.
Délicatement tyrano attrapa le tissu entre deux doigts et le tira prudemment vers lui. L'œuf roula contre le fond du coffre toujours tremblant, aussitôt le contact du bois contre la pierre vibrante produit un bourdonnement plus fort. Il saisit l'objet dans sa main, et les vibrations s'arrêtèrent. L'œuf était toujours froid, ou plutôt frais, moins que lorsque tyrano l'avait saisi devant le feu le même matin. En revanche l'œuf semblait animé de l'intérieur comme s'il était rempli de liquide. Il semblait également moins dur que la veille quand tyrano l'avait trouvé comme étant une pierre, il avait l'air vivant.
L'œuf en main, il se rapprocha de sa fenêtre et tendit le bras en direction du soleil, plaçant l'œuf dans son rayonnement, ébloui il mit quelques secondes à adapter ses yeux à la lumière puis, par transparence des rayons du soleil, tyrano vit se dessiner une forme au sein de l'œuf, une petite forme flottant au milieu, il pencha l'œuf sur le côté mais la forme resta droite, il distingua un corps, une tête et ce qui semblait être une queue. Il s'agissait maintenant clairement d'un œuf, avec un fœtus bien vivant.
D'où venait cette chose, depuis combien de temps était-elle enfouie sous terre, comment avait-elle survécu ? Tyrano tenait dans sa main le premier mystère auquel il allait faire face dans le Dézert.

                           

                                                                                                      Chapitre deux- Grizz
                                                                                                      (deux mois plus tard)

                                                          1458241052.jpg
                                                                                                                                                               

- "Grizz, non !" La voix de Tyrano résonna, la petite créature mâchouillait le cuir qui séchait près du feu. Penaud, l'animal lâcha l'étoffe et abaissa ses grandes oreilles sur l'arrière de sa tête en lançant à Tyrano un couinement attendrissant.
-  Petit coquin va ! Dit-il en frottant vigoureusement le crâne du lièvrosaure qui lui lécha la main.
Cela faisait un mois que Grizz était sortit de son œuf, il avait grandit à une vitesse incroyable et arrivait maintenant au niveau de la taille de Tyrano, qui ignorait encore jusqu'à quand il allait continuer de grandir.
Grizz était un animal étrange, qu'il n'avait jamais vu avant. Il l'avait nommé ainsi rapport à son cri, une sorte de crissement aigu.
Dès sa naissance la créature s'était attachée à Tyrano comme à une mère. Pour autant, même si il était ravi de son nouveau compagnon, il ne saisissait toujours pas la signification de sa présence dans une faille perdue au milieu du Grand Dézert. Malgré tout il semblait persuadé que cet animal affectueux était l'un des 5 artefacts qu'inspirait cette terre, la fameuse "relique d'une créature d'un temps ancien".
Après avoir mangé un morceau il s'équipa pour retourner à son travail souterrain, aussitôt qu'il avança vers l'escalier Grizz se leva d'un bond pour lui coller au train :
"Non ! Tu ne descends pas, tu le sais très bien." Sans trop savoir pourquoi Tyrano craignait de ramener l'animal dans le lieu où il l'avait trouvé, par peur de le perdre surement.
En fermant la trappe il descendit l'escalier en entendant les couinements aigus de l'animal qui lui faisaient mal au cœur. Il songeait depuis quelques jours à repartir à l'aventure avec son nouveau compagnon, il ne pouvait pas le garder dans son salon éternellement, Grizz grandissait de jours en jours et les meubles de Tyrano en faisaient les frais.
Tous les deux ils pouvaient parcourir le Dezert, il se sentait trop jeune pour être sédentaire en un tel lieu. Depuis la découverte de l'œuf il s'était posé plusieurs fois la question de l'existence ou non des 5 artefacts, il ne pouvait pas y avoir meilleur moment pour résoudre cette énigme que depuis l'arrivée de son nouvel ami.
Dans sa grotte les yeux dans le vide il prit la décision, il était temps de partir !

_________________________________________________________________________________


Se décider à quitter le refuge n'était pas si facile, pourtant la décision alors prise paraissait d'une évidence flagrante. L'adrénaline naissante à l'idée du changement accompagnait chaque mouvements précis et décidés de Tyrano, attrapant ça et là l'essentiel de ses affaires. L'essentiel se limitant à quelques réserves de nourritures, une gourde et quelques habits.
Grizz avait senti l'excitation de son maitre et trépignait dans l'attente de sortir de la maison où il avait jusqu'à présent passé sa courte vie. Usant de son énergie Tyrano parvînt difficilement à calmer son compagnon pour lui enfiler un harnais de fortune, il ne souhaitait pas prendre le risque de laisser Grizz gambader à sa guise dans le Dézert au risque de le perdre. Un fois ses grandes oreilles passées dans le harnais de cuir, Grizz parût étonné mais satisfait de son nouvel accoutrement. Fier de lui il émit un des sifflements aigus qui lui étaient propre ; ce son avait pour effet d'apaiser et réconforter Tyrano quand il entendait son ami mystérieux l'accueillir à chaque retour de la grotte.
Il se sentait fin prêt à quitter ce lieu, il avait exploré de fond en comble l'énorme cavité où il avait trouvé l'œuf, et était persuadé qu'il n'y trouverait plus rien. Sans un doute il faudrait explorer les étendues du Dézert pour en apprendre plus sur les 4 artefacts restants.
Passant la porte, il se retrouva sur le seuil, face à cette grande étendu sèche et pâle, et se rendit compte qu'il n'avait aucune idée quant à la direction à prendre. Il faisait encore jour, milieu d'après-midi selon la température lourde. Il ne serait pas possible d'éviter le soleil, seul le Sud était exclu, il venait déjà du Sud et ses landes de Brumaires. Il prit donc la décision de se diriger vers le Nord, gardant le soleil sur son côté gauche, il avança en prenant garde à couvrir son visage d'un fin tissu. Alors que Tyrano suait déjà, Grizz ne semblait pas tenir compte de la chaleur, les yeux grands ouverts malgré le soleil, il avançait avec un air satisfait, ses griffes s'enfonçant dans le sable en silence.
Voulant lui adresser une caresse amicale derrière la tête, Tyrano remarqua que sa peau était fraiche, plus fraiche qu'auparavant. Il se souvînt de l'époque où Grizz n'était qu'un œuf quand, après l'avoir ramassé prés du feu, il était particulièrement froid. Il eut l'impression que la température corporelle de Grizz s'adaptait pour aller à l'inverse de son environnement, le maintenant ainsi dans une sorte de confort toujours parfaitement équilibré. Son corps imposant et élancé irradiait de fraicheur, ce que Tyrano remarqua rapidement comme étant un atout en situation de traversée de désert… Ainsi ils marchèrent jusqu'à la tombée de la nuit sans changer de direction, espérant découvrir un lieu plus intéressant qu'une simple étendue de sable brulant.
L'obscurité se faisait de plus en plus présente et il fût rapidement temps de s'arrêter pour passer la nuit. Tyrano était bien trop épuisé pour trouver le courage de creuser le sol ou le bas d'une dune dans le but de se mettre à l'abri. Ainsi il bâtit un camp de fortune à l'aide des étoffes et cordes qu'il possédait, dressant une tente assez longue pour s'y allonger, se résignant à devoir laisser Grizz seul à côté, ce qu'il ne manqua pas de faire remarquer en poussant un gémissement plaintif. Après quelques minutes de plaintes Grizz se calma et Tyrano s'endormit rapidement malgré la température de plus en plus froide, épuisé par la marche.
Réveillé au matin par la sueur lui coulant sur le visage, il se retint de prendre une grande inspiration d'air étouffant et s'extirpa de son campement. Dos au soleil pour ne pas être ébloui, il se leva malgré les courbatures de la veille et s'étira amplement. Le feu allumé la veille était éteint et éparpillé, encore fumant. A côté se trouvait la silhouette que Grizz avait laissée dans le sable en s'y allongeant, Tyrano réagit : l'emplacement était vide. Se retournant paniqué il ne vit pas trace de son compagnon, scrutant au loin ébloui par le soleil réfléchi par le sable. Après un court instant les yeux plissés et rivés sur l'horizon, il devina la silhouette fine de l'animal trottant vers lui. Rassuré il siffla un grand coup et s'assit sur le tissu de la tente. Grizz arriva aussitôt à son niveau et le salua vivement d'un coup de museau sur l'épaule, sa gueule puait le soufre et Tyrano eu un recul soudain à la vue du morceau de chair vert pendouillant entre les longues incisives de son lièvrosaure si délicat.
Malgré ne pas avoir croisé de monstres depuis son arrivée dans le Dézert, il ne faisait aucun doute que le lambeau de peau ramené par Grizz appartenait à un Creeper. Grizz n'avait pas pu aller bien loin sans se perdre, et pourtant il en avait croisé un. Mais comment avait-il pu mordre une de ces créatures sans y rester ? Il n'était pas possible de surprendre ces monstruosités et l'explosion qui suivait ne se faisait pas attendre. Le Creeper lui avait forcément explosé au visage et pourtant Grizz était indemne.


_________________________________________________________________________________


Le visage agressé par l'intensité du soleil dès son réveil, Tyrano ébloui éternua frénétiquement, faisant sursauter son compagnon. Délicatement, il sépara Grizz du morceau de creeper encore collé à sa gueule et le jeta sur les braises. Le lièvrosaure semblait particulièrement excité et jovial, trottant aléatoirement autour de Tyrano comme attendant des félicitations. Ayant déduit que l'animal ne s'était pas éloigné très loin, il devina que Grizz n'avait fait que flairer la menace et agit pour protéger son maître, chose qu'il n'avait jamais pu faire jusqu'alors, ayant toujours été reclus dans l'ancienne cabane. Malgré ses longues oreilles donnant à Grizz son air si amical, Tyrano sentait maintenant aisément un certain instinct de prédateur, celui là même qui venait de pousser Grizz vers le danger. Ceci ne le réconforta en rien, il ne craignait pas les quelques dangers du Dézert et s'inquiétait de la suite de son voyage. Le lièvrosaure avait atteint sa taille adulte , sa tête arrivant au niveau des épaules de l'homme, et venait de prouver qu'il saurait se défendre, mais à être trop téméraire il risquerait gros.

Les quelques éléments du campement de fortune pliés, ils reprirent la route sous le soleil de plomb, l'un couvert d'un fin tissu le protégeant du soleil, l'autre trottant allègrement à ses côtés sans le moindre mal. Toujours décidé à poursuivre sa quête des 4 artefacts restants, Tyrano marchait sans trop savoir où, le sable à perte de vue lui confirmait qu'il n'avait pas la moindre idée de la taille que représentait le Dézert. Ils continuèrent d'avancer…



                                                                                                       Chapitre 3 – Le village

Plusieurs jours passèrent, sans embûches. Laissant derrière lui quelques restes de braises au fil des jours il n'avait fait qu'avancer. La peau de Tyrano s'était assombrie au même rythme où elle séchait. Manquant de nourriture petit à petit il commençait à s'amincir et perdre sa masse musculaire. Grizz, lui, arrivait quand il avait faim à trouver facilement un petit animal à se mettre sous la dent mais semblait tout de même préférer la verdure éparpillée çà et là dans le sable, rongeant à sa guise les quelques arbustes et aspirant la sève des cactus, se plaisant plus à être herbivore.

Ce jour là quelques nuages avaient fait leur apparition au dessus de leurs têtes, rafraîchissant l'atmosphère. Il était plus facile de marcher et de garder courage.
Malgré tout il avançait tête baissée, regardant las ses pieds racler le sable au fil des dunes qu'il escaladait. Il avait cessé de surveiller constamment l'animal, ayant réalisé son autonomie, il arrivait que Grizz disparaisse de temps à autres gambadant au pied d'une dune. Tyrano s'était habitué à marcher dans les traces de ses pattes pour se guider. L'ascension de la dune actuelle se faisait particulièrement éprouvante et le sommet n'était plus très loin, sommet où Tyrano anticipait une escale de repos où il rappellerai Grizz. Il s'y assit tout en sifflant son compagnon… qui appela en retour. En contrebas le lièvrosaure se tenait dos à une cahute blanchâtre, brunie par le soleil. Derrière elle une allée formée par les allées et venues reliant la maison à une autre, et une autre, une église, un champ… Tyrano devina ainsi huit habitations de tailles différentes encerclant la modeste église et son puit, il nota surtout le puit sans même remarquer les quelques silhouettes déambulant derrière les fenêtres. Fou de joie il dévala maladroitement la pente, se ruant vers grizz et le puit derrière lui.

_________________________________________________________________________________


Puisant les quelques forces qu'il lui restait il enlaça l'animal un instant avant de poursuivre sa course jusqu'au puit au dessus duquel était suspendu un seau métallique et cabossé. Manquant d'y tomber, il reposa ses bras sur le puit et vit son reflet dans l'eau quelques mètres plus bas. Tyrano détacha la corde pour laisser le seau chuter vers le fond puis le hissa à nouveau. Le récipient plein et lourd fût posé sur le bord du puit avant qu'il n'y plonge le visage et bût une bonne minute durant.
En un instant il pût ressentir son visage vivre, hydraté à nouveau, son estomac rempli de liquide après des jours de jeun fit tomber Tyrano au sol, l'esprit vide et le corps fatigué mais pour le moins soulagé. Il y eu un instant d'absence, un moment où il se demanda ce qu'il serait advenu de lui si cette trouvaille fortuite n'avait pas eu lieu. Cette pensée quittant sa tête, il prit conscience de la présence de Grizz à son côté et lui tendit le seau. Le Lièvrosaure se désaltéra un instant avant de se poser au flanc de son maître.
L'un repu et l'autre fatigué de sa course, ils demeurèrent affalés contre la pierre et s'assoupirent rapidement.


Le léger tremblement de sa jambe droite engourdie le réveilla, il vit Grizz la tête reposée dessus, coupant partiellement sa circulation. Il émergeât de son sommeil, les paupières sèches et aperçut l'unique rayon de soleil s'infiltrant sur le lit grâce à l'unique fenêtre de là où il se trouvait. Une minute s'écoula durant laquelle Tyrano réunit ses souvenirs, comprenant qu'une nuit entière s'était écoulée, et qu'il ne se trouvait plus au puit qui l'avait sauvé.
Il était arrivé au fil de sa marche dans un petit village perdu au milieu du Dezert et, de toute évidence les habitants probablement discrets lors de son arrivée, l'avaient recueillit et déplacé dans son sommeil, à l'abri des températures nocturnes.
Il n'a avait de toute évidence aucune menace en ce lieu, son réveil dans un lit confortable le démontrait. Il se leva lentement, ses muscles toujours engourdis de la traversée et fit l'inventaire de ses affaires, toutes présentes au chevet du lit.
Il laça ses bottes et la corde qui lui servait de ceinture puis se dirigea vers la porte de la cahute, les jambes encore engourdies. Grizz lui jeta un regard curieux avant de se remettre en boule au pied du lit, manifestement peu motivé à quitter le confort du lieu.
Usant de force pour ouvrir la porte qui raclait la terre aride, Tyrano passa le seuil, s'exposant au soleil. Devant lui se tenait deux personnes, trois avec l'enfant qui se cachait derrière l'une d'elle.
L'un d'eux, un homme aux traits saillants et affublé d'un tablier en cuir usé lui tendit une calebasse d'eau claire, le visage vide d'expressions. Tyrano bût de bon cœur et rendit au villageois la cuve à moitié vide en le remerciant.
Il eut en retour un sourire approbateur accompagné d'une remarque inintelligible venant de l'homme au tablier qui indiquait du doigt le bâtiment le plus haut au centre du village.

Dernière modification par Tyrano (05/12/2016 11:13:55)


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#2 26/12/2013 02:25:28

Admin1
Administrateur
Inscription : 04/11/2010
Messages : 568

Re : Les 5 artefacts du Z

La suite !!

Hors ligne

#3 26/12/2013 06:04:05

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

Ben c'étais prévu mais j'ai eu aucune réaction suite à la première partie donc ...
Si j'ai un peu plus d'enthousiasme des gens ca me motivera smile


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#4 14/01/2014 11:59:39

Vayquor gardien
Gardien
Inscription : 03/10/2013
Messages : 3 707

Re : Les 5 artefacts du Z

J'ai enfin pris le temps de lire en entier (et ton premier RP).

La suite???? smile


Mes projets sur Zcraft:
• [En cours] Port de Nouvéa ; Manoir des Croft
• [A l'étude] Ferme personnelle ; Hydravion à Rive Blanche ; Centre spatial en Mesapatamie
• [En attente] Maison à Kerlam ; Immeuble à Maccrage

Hors ligne

#5 14/01/2014 18:19:38

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

Je vais essayer de trouver la motivation, mais le plus gros est déja dans ma tête.


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#6 15/05/2014 03:56:46

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

besoin de plus de motivation :3 je rame


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#7 23/06/2014 10:03:00

Etholie
Tea-Rex
Lieu : Sûrement quelque part
Inscription : 04/05/2014
Messages : 1 374

Re : Les 5 artefacts du Z

Je relance ! La suite pour quand ? je veux la suite ! wink


French people are so tough, they eat pain for breakfast.

Hors ligne

#8 17/07/2014 13:57:09

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

Première partie.
Deuxième partie.

Il est bien sûr important de lire le début ci-dessus avant de lire cette suite.
Voici la troisième partie:


…Son pied dérapa vers le vide, d'une petite pression de l'autre il s'écarta vivement en arrière pour échapper à la chute, sous le choc d'avoir échappé à une chute dangereuse il resta là, assis à attendre le moment où la redstone toucherait le sol dans un bruit fracassant, mais rien… le silence complet. Le bout de sa pioche encore teint de la poudre rouge, il s'approcha délicatement du trou pour être sur de ce qu'il avait vu. Il n'y vit qu'une obscurité menaçante avec au milieu une lueur orangée semblant flotter au milieu de la pénombre, il était impossible de deviner la taille ou la profondeur de ce qui se tenait sous ses pieds.
Après de longues minutes à se remettre de son étonnement, il remonta dans son refuge avec la ferme idée de s'équiper pour partir à la découverte de cette cavité minérale. Une fois ses armes et ses torches équipées il retourna sous terre, il pris soin de faire un quadrillage de la zone pour déterminer jusqu'où il pouvait creuser sans risquer la chute, fort heureusement il semblait possible de creuser un escalier sur une paroi de la caverne. Après avoir descendu quelques marches il sentit l'air humide et chaud lui recouvrir le visage, ses torches ne lui permettait pas de distinguer la profondeur du lieu, en revanche il voyait maintenant plusieurs lueurs orangées autour de lui qui grossissaient à vue d'œil au fur et a mesure de sa descente et un son bouillonnant se faisait entendre, des lacs de lave ! Tyrano sentait d'ores et déjà l'adrénaline couler dans ses veines à l'idée de récolter sa première obsidienne et d'être certainement le premier à explorer cet endroit aux dimensions encore inconnues.
Le lac de lave était maintenant à ses pieds, la chaleur lui brulait le visage, il s'avança légèrement et frappa du pied dans un morceau de roche qui glissa dans la lave, et sombra sans un bruit. Tout ici semblait si hostile qu'il n'y avait pas une seule source de vie, même ennemie qui avait réussit à s'y installer.
Mais en levant les yeux, Tyrano se rendit compte que la lave était une source de lumière incroyable et que d'ici, il pouvait de donner une idée de l'endroit où il se trouvait. Il ne s'agissait pas d'une caverne mais bien d'une des légendaires failles naturelles dont on lui avait tant parlé, il n'avait rien vu d'aussi beau et terrifiant a la fois, des galeries naturelles apparaissaient de part et d'autres de la faille immense au dessus de lui, ce sentiment de démesure et d'immensité que lui offrait la nature était pour Tyrano la meilleure des récompenses à ses années d'exploration.
Il continua à marcher le long des parois pour voir jusqu'où allait s'étendre ce lieu et rapidement il vit au loin deux chutes de lave qui semblaient glisser le long d'un mur, en se rapprochant il distingua une sorte de cavité régulière entre les deux colonnes lumineuses, comme une grande porte taillée dans la roche. En se rapprochant il vit que c'était le cas, la pierre avait ici était taillée mais l'humidité avait lissé les parois grises lui donnant un teint brillant, la lumière de la lave se reflétait sur les murs et illuminait le couloir d'une douce lueur orangée. Il avança sous le choc de la beauté du site qui avait dû être creusé des millénaires auparavant.
Sa pioche pendant à son bras émis un tintement métallique qui résonna autour de lui, il prit sa torche et regarda à ses pieds et vit du métal forgé, rouillé par le temps. A ses pieds se trouvait de vieux rails parcourant le tunnel ça et là, la curiosité l'envahit, quel était ce lieu et qu'allait t-il y trouver ?
Tyrano se mit a courir légèrement le long du tunnel, il voulait savoir jusqu'où s'étendait le lieu et ce qui était au bout, sa torche éclairant à peine autour de lui jusqu'à ce qu'un rebord sur le sol arrêta sa course et le fit chuter dans un son qui ressemblait à « BWEERGH » lors qu'il s'écroula face contre terre. Un peu honteux de sa chute il se releva laborieusement en frottant ses habits recouverts de poussière, ramassa sa torche et la leva devant ses yeux et toucha une corde qui se tenait devant lui, la corde s'enflamma et répandit la lumière petit à petit pour révéler une pièce circulaire tapissée de motifs mystérieux, et au milieu un petit autel surplombant des escaliers. Tyrano rit presque de la situation tellement elle semblait stéréotypée des aventures qu'on lui racontait autrefois.
Il gravit les quelques marches en direction de l'autel, dessus se trouvait un creux dans lequel était posé un objet un peu rond, et un peu aplati, comme un gros œufs à peine plus gros que la taille d'un poing, tyrano le pris dans le creux de ses mains pour le regarder, et aussitôt il sentit ses mains se refroidir agréablement alors qu'il contemplait l'objet qui scintillait à la lumière de sa torche…

Dernière modification par Black_lizard (27/10/2014 20:57:08)


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#9 09/09/2014 01:30:01

Alexkravis animateur
Membre
Inscription : 19/01/2011
Messages : 2 607

Re : Les 5 artefacts du Z

Hey excellent, comment ça se fait que personne n'a commenté celui là?


L'Animation c'est bien, mais ce qui est encore mieux, ce sont les joueurs qui participent smile

Hors ligne

#10 09/09/2014 08:52:28

ToonBoom gardien
Brebis Perdue
Lieu : les Verts Pâturages
Inscription : 05/07/2011
Messages : 5 379

Re : Les 5 artefacts du Z

Merci pour le Up, Alex, j'ai enfin eu le temps de le lire, du coup smile

Tyrano, je kiffe ! Te décourage pas et pond nous une belle suite wink

Hors ligne

#11 10/09/2014 16:45:09

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

ah tiens.. j'attendais qu'on me le demande, j'y penserais.


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#12 23/09/2014 00:08:54

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

Première partie.
Deuxième partie.
Troisième partie
Il est bien sûr important de lire le début ci-dessus avant de lire cette suite.
Voici la quatrième partie:



Il resta un instant à regarder l'oeuf, fasciné par son aura et le froid qu'il dégageait dans le creux de ses mains. L'objet mystérieux l'emplissait d'excitation et d'émerveillement et à la fois d'un sentiment de fierté d'avoir découvert cette chose dont il ignorait tout. Pour lui, tout semblait prendre son sens et à la fois n'en avoir aucun ; le Dezert regorgeait bien de surprises et de découvertes fantastiques comme on lui avait raconté, mais il ignorait pourtant tout de ce qu'il venait de découvrir. Cependant il était convaincu que ceci prendrait, tôt ou tard, un sens quelconque.
Après s'être remis de sa découverte peu commune, Tyrano pris la décision de revenir sur ses pas dans la hâte afin de mettre ce qui lui semblait être un oeuf ou du moins un sorte de pierre de cette forme, en lieu sur. Il repris le couloir, longeant les rails délabrés sans y porter la moindre attention, comme submergé par l'euphorie de sa découverte, il avançait d'un pas déterminé vers la sortie. En repassant entre les chutes de laves il redécouvrit la faille où il s'était engouffré, la source de lumière derrière lui offrait une nouvelle vue du lieu, plus claire. La faille souterraine s'étendait devant lui, et au loin le manque de lumière ne lui permettait pas de se faire une idée de l'étendue de l'endroit, l'obscurité s'étendait à perte de vue en face de lui.
Il fallut a tyrano quelques secondes d'observation avant de retrouver la trace de l'escalier qu'il avait creusé dans la roche afin de descendre. Après rapide coup d'oeil inquiet derrière lui, il se remit en route vers la surface. Sans trop savoir pourquoi, il avait le sentiment d'être en danger, de fuir comme un voleur, s'attendant au pire. Il gravit l'escalier d'un pas vif, l'oeuf blottit dans le creux de ses mains puis arriva à l'endroit où il avait brisé le sol débouchant sur la cave.
Il y jeta un rapide coup d'oeil,silencieux , comme étonné d'être remonté sain et sauf, il pouvait entendre au loin le faible gargouillis de la lave bouillonnante. Par précaution il reboucha le trou de pierre brute récoltée autour de lui. Puis l'oeuf encore en main, gravit les dernières marches menant à chez lui.
En passant la porte menant du sous sol à la pièce principale de sa maison, il fût ébloui par la lumière du jour, il n'avait pas vu le soleil depuis des jours entiers à creuser et avait perdu toute notion du temps, il avança à tâtons le temps pour ses yeux de se faire à la lumière et s'approcha de sa cheminée. Le soir était en train de tomber et rapidement la température chutait, le climat du Dezert obligeait à se chauffer au feu la nuit, où la température pouvait descendre jusqu'à -3.
Il posa l'oeuf à côté et alluma le feu, s'assit devant et l'observa longuement, pensif. Ses yeux observaient les flammes fuir dans l'âtre et ses muscles se détendirent, puis finalement tyrano s'endormit.

A l'aube tyrano se leva en sueur, la chaleur du climat aride et les braises encore chaudes l'avaient réveillé, il était allongé devant les restes du feu et à ses pieds l'oeuf entraîné par ses jambes avait roulé devant la cheminée. Il tendit la main pour le ramasser et au moment où il le saisit, il remarqua qu'il était incroyablement froid, en ayant pourtant été poussé a quelques centimètres du feu. Sentant le froid ronger ses doigts, il s'empressa de la déposer dans son coffre enrobé dans un morceau de tissu. Sans comprendre il réfléchit un instant puis ferma le coffre et le verrouilla. Quelque-chose n'était pas net, et même de plus en plus mystique pour tyrano qui avait toujours été très cartésien. Cette découverte qui l'excitait lui faisait peur à la fois.
Perturbé il pris la décision de s'asseoir et empoigna un livre.

Après quelques minutes à lire dans le silence, il entendit un léger vibrement derrière lui,comme une série de léger coups contre du bois. Tyrano se leva apeuré, et regarda son coffre.






Bon je fais le point, clairement: ça traîne, j'arrive pas à écrire des RP's courts et clairs, à chaque fois que j'essaye d'écrire un truc, je m'étend sur le sujet et vous avez bien vu içi, il se passe pas forcément grand chose dans cet épisode mais ça me semble nécessaire à écrire quand même.
On est encore loin de la fin, l'histoire est déjà tracée, mais pas écrite. Généralement je me pose a un moment 30 minutes et j'écris ce qu'il me passe par la tête.
Et c'est bien par ce que vous me demandez la suite sinon je me serais rapidement découragé. Donc bon ça fais plaisir, merci. Mais j'ai aucune prétention d'être "bon" je trouve pas que j'écris si bien que ça, et mes RP's sont vachement moins organisés que ceux de certains autres. Mais en tout cas moi ca m'amuse de faire ça, et je suis content de créer ma petite histoire pépère.
Donc on verra pour la suite selon vos avis.

Dernière modification par Black_lizard (27/10/2014 21:01:39)


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#13 23/09/2014 10:49:33

Etholie
Tea-Rex
Lieu : Sûrement quelque part
Inscription : 04/05/2014
Messages : 1 374

Re : Les 5 artefacts du Z

J'adore ! À quand la suite ?  wink


French people are so tough, they eat pain for breakfast.

Hors ligne

#14 03/10/2014 00:11:45

Makrala
Membre
Lieu : Éléria
Inscription : 24/04/2014
Messages : 627

Re : Les 5 artefacts du Z

J'adore aussi ! smile


♡♡ Meow ♡♡

Hors ligne

#15 03/10/2014 00:23:29

Jenjeur
Anti-Finisseur de projets inachevés
Lieu : 2.21 gigots-wat
Inscription : 25/12/2012
Messages : 1 306

Re : Les 5 artefacts du Z

J'aime


« C'est pas que je suis con, c'est que j'aime pas réfléchir » — Porte-parole de l'humanité
« Wat » — Joseph Staline, en 1941, devant l'invasion allemande

Hors ligne

#16 03/10/2014 10:06:59

Etholie
Tea-Rex
Lieu : Sûrement quelque part
Inscription : 04/05/2014
Messages : 1 374

Re : Les 5 artefacts du Z

jenjeur a écrit :

J'aime

On se demande pourquoi...  tongue


French people are so tough, they eat pain for breakfast.

Hors ligne

#17 14/10/2014 19:04:00

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

Première partie.
Deuxième partie.
Troisième partie
Quatrième partie
Il est bien sûr important de lire le début ci-dessus avant de lire cette suite.
Voici la cinquième partie:





Il resta là, debout face au coffre, le léger bourdonnement se fondait au bruit du vent qui raclait le sable. Il se rapprocha un peu inquiet comme pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, le vibrement continuait, comme un bruit étouffé contre le bois.
Décidé, il déverrouilla le couvercle et le souleva entièrement ; au milieu du coffre l'œuf encore enrobé de tissu tressautait contre le bois, se délivrant petit à petit de l'étoffe.
Délicatement tyrano attrapa le tissu entre deux doigts et le tira prudemment vers lui. L'œuf roula contre le fond du coffre toujours tremblant, aussitôt le contact du bois contre la pierre vibrante produit un bourdonnement plus fort. Il saisit l'objet dans sa main, et les vibrations s'arrêtèrent. L'œuf était toujours froid, ou plutôt frais, moins que lorsque tyrano l'avait saisi devant le feu le même matin. En revanche l'œuf semblait animé de l'intérieur comme s'il était rempli de liquide. Il semblait également moins dur que la veille quand tyrano l'avait trouvé comme étant une pierre, il avait l'air vivant.
L'œuf en main, il se rapprocha de sa fenêtre et tendit le bras en direction du soleil, plaçant l'œuf dans son rayonnement, ébloui il mit quelques secondes à adapter ses yeux à la lumière puis, par transparence des rayons du soleil, tyrano vit se dessiner une forme au sein de l'œuf, une petite forme flottant au milieu, il pencha l'œuf sur le côté mais la forme resta droite, il distingua un corps, une tête et ce qui semblait être une queue. Il s'agissait maintenant clairement d'un œuf, avec un fœtus bien vivant.
D'où venait cette chose, depuis combien de temps était-elle enfouie sous terre, comment avait-elle survécu ? Tyrano tenait dans sa main le premier mystère auquel il allait faire face dans le Dézert.

                           

                                                                                                      Chapitre deux- Grizz
                                                                                                      (deux mois plus tard)

                                                          1458241052.jpg
                                                                                                                                                               

- "Grizz, non !" La voix de Tyrano résonna, la petite créature mâchouillait le cuir qui séchait près du feu. Penaud, l'animal lâcha l'étoffe et abaissa ses grandes oreilles sur l'arrière de sa tête en lançant à Tyrano un couinement attendrissant.
-  Petit coquin va ! Dit-il en frottant vigoureusement le crâne du lièvrosaure qui lui lécha la main.
Cela faisait un mois que Grizz était sortit de son œuf, il avait grandit à une vitesse incroyable et arrivait maintenant au niveau de la taille de Tyrano, qui ignorait encore jusqu'à quand il allait continuer de grandir.
Grizz était un animal étrange, qu'il n'avait jamais vu avant. Il l'avait nommé ainsi rapport à son cri, une sorte de crissement aigu.
Dès sa naissance la créature s'était attachée à Tyrano comme à une mère. Pour autant, même si il était ravi de son nouveau compagnon, il ne saisissait toujours pas la signification de sa présence dans une faille perdue au milieu du Grand Dézert. Malgré tout il semblait persuadé que cet animal affectueux était l'un des 5 artefacts qu'inspirait cette terre, la fameuse "relique d'une créature d'un temps ancien".
Après avoir mangé un morceau il s'équipa pour retourner à son travail souterrain, aussitôt qu'il avança vers l'escalier Grizz se leva d'un bond pour lui coller au train :
"Non ! Tu ne descends pas, tu le sais très bien." Sans trop savoir pourquoi Tyrano craignait de ramener l'animal dans le lieu où il l'avait trouvé, par peur de le perdre surement.
En fermant la trappe il descendit l'escalier en entendant les couinements aigus de l'animal qui lui faisaient mal au cœur. Il songeait depuis quelques jours à repartir à l'aventure avec son nouveau compagnon, il ne pouvait pas le garder dans son salon éternellement, Grizz grandissait de jours en jours et les meubles de Tyrano en faisaient les frais.
Tous les deux ils pouvaient parcourir le Dezert, il se sentait trop jeune pour être sédentaire en un tel lieu. Depuis la découverte de l'œuf il s'était posé plusieurs fois la question de l'existence ou non des 5 artefacts, il ne pouvait pas y avoir meilleur moment pour résoudre cette énigme que depuis l'arrivée de son nouvel ami.
Dans sa grotte les yeux dans le vide il prit la décision, il était temps de partir !

Dernière modification par Black_lizard (17/03/2016 21:03:21)


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#18 14/10/2014 20:40:27

Etholie
Tea-Rex
Lieu : Sûrement quelque part
Inscription : 04/05/2014
Messages : 1 374

Re : Les 5 artefacts du Z

Aaaahhhh enfin la suite !

Bon, maintenant j'attends la suite de la suite ! ^^


French people are so tough, they eat pain for breakfast.

Hors ligne

#19 27/10/2014 21:16:06

Black_lizard gardien
Gardienne reptilo-moustachue
Lieu : Ooo
Inscription : 07/07/2011
Messages : 4 309

Re : Les 5 artefacts du Z

J'ai enfin tout lu, bah j'suis pas déçue ! smile


"You're a lizard, Laurie.
I'm a what?
A lizard."

Hors ligne

#20 17/03/2016 16:46:53

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

(Ouais j'ai mis plus d'un an, et alors ?)

Première partie.
Deuxième partie.
Troisième partie
Quatrième partie
Cinquième partie

Il est bien sûr important de lire le début ci-dessus avant de lire cette suite.
Voici la sixième partie:

Se décider à quitter le refuge n'était pas si facile, pourtant la décision alors prise paraissait d'une évidence flagrante. L'adrénaline naissante à l'idée du changement accompagnait chaque mouvements précis et décidés de Tyrano, attrapant ça et là l'essentiel de ses affaires. L'essentiel se limitant à quelques réserves de nourritures, une gourde et quelques habits.
Grizz avait senti l'excitation de son maitre et trépignait dans l'attente de sortir de la maison où il avait jusqu'à présent passé sa courte vie. Usant de son énergie Tyrano parvînt difficilement à calmer son compagnon pour lui enfiler un harnais de fortune, il ne souhaitait pas prendre le risque de laisser Grizz gambader à sa guise dans le Dézert au risque de le perdre. Un fois ses grandes oreilles passées dans le harnais de cuir, Grizz parût étonné mais satisfait de son nouvel accoutrement. Fier de lui il émit un des sifflements aigus qui lui étaient propre ; ce son avait pour effet d'apaiser et réconforter Tyrano quand il entendait son ami mystérieux l'accueillir à chaque retour de la grotte.
Il se sentait fin prêt à quitter ce lieu, il avait exploré de fond en comble l'énorme cavité où il avait trouvé l'œuf, et était persuadé qu'il n'y trouverait plus rien. Sans un doute il faudrait explorer les étendues du Dézert pour en apprendre plus sur les 4 artefacts restants.
Passant la porte, il se retrouva sur le seuil, face à cette grande étendu sèche et pâle, et se rendit compte qu'il n'avait aucune idée quant à la direction à prendre. Il faisait encore jour, milieu d'après-midi selon la température lourde. Il ne serait pas possible d'éviter le soleil, seul le Sud était exclu, il venait déjà du Sud et ses landes de Brumaires. Il prit donc la décision de se diriger vers le Nord, gardant le soleil sur son côté gauche, il avança en prenant garde à couvrir son visage d'un fin tissu. Alors que Tyrano suait déjà, Grizz ne semblait pas tenir compte de la chaleur, les yeux grands ouverts malgré le soleil, il avançait avant un air satisfait, ses griffes s'enfonçant dans le sable en silence. Voulant lui adresser une caresse amicale derrière la tête, Tyrano remarqua que sa peau était fraiche, plus fraiche qu'auparavant. Il se souvînt de l'époque où Grizz n'était qu'un œuf quand, après l'avoir ramassé prés du feu, il était particulièrement froid. Il eut l'impression que la température corporelle de Grizz s'adaptait pour aller à l'inverse de son environnement, le maintenant ainsi dans une sorte de confort toujours parfaitement équilibré. Son corps imposant et élancé irradiait de fraicheur, ce que Tyrano remarqua rapidement comme étant un atout en situation de traversée de désert… Ainsi ils marchèrent jusqu'à la tombée de la nuit sans changer de direction, espérant découvrir un lieu plus intéressant qu'une simple étendue de sable brulant.
L'obscurité se faisait de plus en plus présente et il fût rapidement temps de s'arrêter pour passer la nuit. Tyrano était bien trop épuisé pour trouver le courage de creuser le sol ou le bas d'une dune dans le but de se mettre à l'abri. Ainsi il bâtit un camp de fortune à l'aide des étoffes et cordes qu'il possédait, dressant une tente assez longue pour s'y allonger, se résignant à devoir laisser Grizz seul à côté, ce qu'il ne manqua pas de faire remarquer en poussant un gémissement plaintif. Après quelques minutes de plaintes Grizz se calma et Tyrano s'endormit rapidement malgré la température de plus en plus froide, épuisé par la marche.
Réveillé au matin par la sueur lui coulant sur le visage, il se retint de prendre une grande inspiration d'air étouffant et s'extirpa de son campement. Dos au soleil pour ne pas être ébloui, il se leva malgré les courbatures de la veille et s'étira amplement. Le feu allumé la veille était éteint et éparpillé, encore fumant. A côté se trouvait la silhouette que Grizz avait laissée dans le sable en s'y allongeant, Tyrano réagit : l'emplacement était vide. Se retournant paniqué il ne vit pas trace de son compagnon, scrutant au loin ébloui par le soleil réfléchi par le sable. Après un court instant les yeux plissés et rivés sur l'horizon, il devina la silhouette fine de l'animal trottant vers lui. Rassuré il siffla un grand coup et s'assit sur le tissu de la tente. Grizz arriva aussitôt à son niveau et le salua vivement d'un coup de museau sur l'épaule, sa gueule puait le soufre et Tyrano eu un recul soudain à la vue du morceau de chair vert pendouillant entre les longues incisives de son lièvrosaure si délicat.
Malgré ne pas avoir croisé de monstres depuis son arrivée dans le Dézert, il ne faisait aucun doute que le lambeau de peau ramené par Grizz appartenait à un Creeper. Grizz n'avait pas pu aller bien loin sans se perdre, et pourtant il en avait croisé un. Mais comment avait-il pu mordre une de ces créatures sans y rester ? Il n'était pas possible de surprendre ces monstruosités et l'explosion qui suivait ne se faisait pas attendre. Le Creeper lui avait forcément explosé au visage et pourtant Grizz était indemne.

Dernière modification par Black_lizard (17/03/2016 21:02:47)


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

#21 17/03/2016 18:33:44

CheshireScrat membre
Sssserpentaire (et poure)
Lieu : Cannes
Inscription : 18/05/2014
Messages : 2 714

Re : Les 5 artefacts du Z

Eh bah il suffisait de demander tongue


Fondateur et Chancelier émérite de la Fédération de Vessinque.
Grand Maître Ssssnake Ssssidious de l'Ordre Sssserpentaire.
P-DG de S4 Holding.
Dioriteux, acheteur de pommes, souvent poure.

Hors ligne

#22 17/03/2016 19:01:45

AmauryPi admin
Administrateur virevoltant
Lieu : Dans le ciel
Inscription : 01/05/2014
Messages : 3 617
Site Web

Re : Les 5 artefacts du Z

J'ai enfin tout lu, sans regret. C'est un peu tôt pour demander la suite ? tongue


Salut c'est Gérard. Peace & cactus. #JeSuisÉricSaget
zDéveloppeurLa beauté mathématique, c'est que e^(i⋅π) + 1 = 0.

Hors ligne

#23 17/03/2016 21:02:16

Black_lizard gardien
Gardienne reptilo-moustachue
Lieu : Ooo
Inscription : 07/07/2011
Messages : 4 309

Re : Les 5 artefacts du Z

Fusion des différents sujets traitant de ce RP et mise en page dans le post de tête. (Plus quelques éléments modifiés dans la dernière partie par Victor).


"You're a lizard, Laurie.
I'm a what?
A lizard."

Hors ligne

#24 17/03/2016 22:49:44

AmauryPi admin
Administrateur virevoltant
Lieu : Dans le ciel
Inscription : 01/05/2014
Messages : 3 617
Site Web

Re : Les 5 artefacts du Z

Si vous voulez j'ai un PDF chapitré du RP. Ouais, j'avais rien à faire pendant un trou d'un quart d'heure.


Salut c'est Gérard. Peace & cactus. #JeSuisÉricSaget
zDéveloppeurLa beauté mathématique, c'est que e^(i⋅π) + 1 = 0.

Hors ligne

#25 17/03/2016 23:05:46

Tyrano gardien
Gardien méchant
Lieu : Pomf
Inscription : 04/04/2012
Messages : 6 187

Re : Les 5 artefacts du Z

Heuu ouais ok ouais pourquoi pas.
Y'a bien le dessin dedans ? (Il avait disparu pendant un moment lors de la fusion)


Moi, mon postérieur et mon plat de nouilles.
Représentant du petit peuple.
youtube.com/watch?v=dQw4w9WgXcQ

Hors ligne

Pied de page des forums